fbpx

Visa pour la Nouvelle-Zélande, NZeTA

Si vous prévoyez un voyage en Nouvelle-Zélande, alors il faudra veillez à respecter ces quelques points essentiels pour ne pas se voir refuser l'entrée sur le territoire. Visa, IVL, TIAKI, on vous dit tout dans cet article.
NZeTA_visanouvellezelande
Si vous prévoyez un voyage en Nouvelle-Zélande, alors il faudra veillez à respecter ces quelques points essentiels pour ne pas se voir refuser l'entrée sur le territoire. Visa, IVL, TIAKI, on vous dit tout dans cet article.

Depuis le 1er Octobre 2019 la procédure d’entrée en Nouvelle Zélande a changé. Pour les français souhaitant voyager en Nouvelle Zélande, il est impératif d’obtenir un NZeTA, une sorte de visa qui vous permet de voyager dans le pays librement.
Cette autorisation est valable pendant 2 ans tout en respectant les conditions de séjour. Il est possible de rester jusqu’à 3 mois en Nouvelle Zélande en tant que touriste et d’y revenir pendant ces 2 ans avec un maximum de 6 mois par période d’un an.

1 – Que faut-il pour entrer sur le sol néo-zélandais ?
2 – NZ eTA, le visa électronique de Nouvelle-Zélande
3 – L’IVL (International Visitor Conservation and Tourism Levy)
4 – TIAKI, s’engager envers la nature

1 – Que faut-il pour entrer sur le sol néo-zélandais ?

Afin d’être autorisé à voyager en Nouvelle Zélande, plusieurs choses seront vérifiées à l’arrivée :

  • Tout d’abord le passeport. Celui-ci doit être valable au moins 3 mois après votre départ prévu du pays.
  • Une fiche de renseignement est à remplir à l’arrivée. Il faudra indiquer la raison de votre séjour en Nouvelle Zélande. Plusieurs questions sur votre personne seront également posées, afin d’établir que vous n’avez pas de passé criminel ou d’intentions criminelles dans le pays et que vous pouvez y entrer sans encombre.
  • D’autres vérifications peuvent être faites à l’arrivée. Il peut vous être demandé une preuve de billet d’avion retour, que ce soit vers votre pays d’origine ou un pays dans lequel vous êtes autorisé à voyager. L’immigration pourra également vous demander une preuve de fond suffisant, afin de s’assurer que vous avez les moyens de subvenir à vos besoins pendant la durée de votre séjour et éventuellement de payer un billet retour.
  • Une autorisation de voyage électronique (NZ eTA) : A demander AVANT votre départ à l’image de l’AVE au Canada ou de l’ESTA aux USA. (nous détaillerons ce point juste en dessous).
  • L’IVL (International Visitor Conservation and Tourism Levy) : Une taxe à payer par les touristes de passage en Nouvelle-Zélande, mise en place en 2019 elle permet de financer des programmes visant à la conservation de la nature dans le pays.
  • Le TIAKI : A votre arrivée en Nouvelle-Zélande il vous sera demandé de vous engager, moralement à respecter le TIAKI, une promesse qui vous engage à respecter la nature et l’environnement.

2 – NZ eTA, le visa électronique de Nouvelle-Zélande

Pour faire la demande de NZeTA, il faut se rendre sur le site de l’immigration néo-zélandaise.

Attention de nombreux sites vous proposeront de faire les démarches à votre place. Ces sites se font souvent passer pour le site officiel mais il n’en est rien. La demande de l’autoristation doit se faire uniquement sur le site du gouvernement ou sur l’application officielle.

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant : https://nzeta.immigration.govt.nz/.
Vous pouvez également télécharger l’application NZeTA, disponible sur iOs ou sur Android.

Dans tous les cas, il faudra commencer par entrer les informations de votre passeport, c’est à dire, nom, prénom, numéro de passeport et date d’expiration.

Voici en image ce que vous allez trouver si vous passer par l’application du gouvernement (sur iPhone) :

  • Première étape : scanner son passeport. Rien de compliquer. Munissez-vous de votre passeport et de votre smartphone. La lecture du passeport est très facile et rapide.Une fois le passeport lu, votre nom va s’afficher. Vous pouvez alors passer à l’étape suivante.
    nzeta1
    nzeta2
  • Deuxième étape : se prendre en photo. Il vous suffit de cliquer sur “Take photo” pour vous prendre en photo avec votre smartphone tout en respectant les critères indiqués à cette étape.Pour finir la seconde étape, il vous sera demandé de vérifier les informations retranscrites depuis le scan de votre passeport. Si vous avez une carte d’identité, il vous faudra remplir le numéro de celle-ci à l’endroit indiqué.
  • Troisième étape : quelques questions pour définir la raison de votre venue en Nouvelle Zélande, votre passé criminel et si c’est bien un NZeTA dont vous avez besoin. Les questions sont les suivantes :Pour terminer cette étape, il vous suffit de cliquer sur “Complete & pay”.
    nzeta3a
    nzeta3d
  • Quatrième et dernière étape : le paiement. Comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous, le résumé de ce que vous allez payer s’affiche. Si vous voyagez avec un passeport français et que vous venez en Nouvelle Zélande en tant que touriste, vous devrez payer 9 NZD pour le NZeTA et 35 NZD pour le IVL (International Visitor Conservation and Tourism Levy), que nous vous expliquons juste après. Dans le cas présenté ici il y a donc 44 NZD à payer. Le paiement étant en dollars néo zélandais, il est probable que votre banque française applique des frais de change. Pour procéder au paiement, il vous faut donc cliquer sur “agree” et suivre les indications.
    nzeta4

Si vous faites votre demande sur le site web du gouvernement néo zélandais, vous aurez les mêmes étapes. Il faudra d’abord rentrer les informations de votre passeport, puis répondre aux différentes questions.
A la différence de la demande par le biais de l’application, le coût du NZeTA en faisant la demande sur le site du gouvernement est de 12 NZD.
Si possible, faites votre demande sur l’application. C’est simple, rapide et cela vous coûtera moins cher.

Dernière chose, notez qu’à l’arrivée en Nouvelle Zélande, il faudra impérativement avoir sur vous le passeport que vous avez utilisé pour faire la demande. Si vous devez refaire votre passeport avant le départ, il est préférable d’attendre d’avoir votre nouveau passeport puis de faire votre demande de NZeTA.
Pour ceux, qui auraient plusieurs nationalités et donc plusieurs passeport, il se peut que la procédure expliquée ici ne soit pas valable si vous utilisez un passeport autre qu’un passeport français. Toutes les informations se trouvent sur le site de l’immigration mentionné plus haut.

3 – L’IVL (International Visitor Conservation and Tourism Levy)

En parallèle de votre demande de NZeTA, vous devrez payer un IVL (International Visitor Conservation and Tourism Levy).
Cette sorte de taxe, d’un montant de 35 NZD, a été instaurée le 1er juillet 2019. Elle a pour but de préserver la nature et les ressources du pays. Cette taxe finance des projets de conservation ou des investissements dans le tourisme durable par exemple. La décision de mettre en place cette taxe a été prise par le nouveau gouvernement, qui a constaté qu’avec la croissance permanente du nombre de touristes en Nouvelle Zélande, il était impératif de mettre en oeuvre des moyens permettant de ne pas altérer les paysages, ressources et nombreuses merveilles du pays.
Par cette mesure, le gouvernement néo-zélandais prévoit de récolter plus de 450 millions de NZD dans les 5 premières années, ce qui permettra une croissance “durable” du tourisme du pays.
En faisant payer cette taxe à la majeure partie des touristes, le gouvernement veut également sensibiliser les visiteurs à la préservation des ressources du pays dès leur arrivée.

Qui doit payer l’IVL ?

La plupart des personnes qui se rendent en Nouvelle-Zélande de manière temporaire devront payer cette taxe. Cela concerne les touristes, les personnes en PVT (Programme Vacances Travail), les personnes ayant un visa étudiant ou ceux disposant d’un visa de travail de courte durée.
En tant que français, vous serez donc très probablement concernés par cette taxe.

Les principaux visiteurs exemptés sont les citoyens australiens ou ayant la résidence permanente et de nombreux habitants des îles du pacifique.
Pour plus de détail et précisions sur les personnes exemptées du IVL, vous pouvez vous rendre sur le site du gouvernement.

Sachez que dans tous les cas, il vous sera indiqué si vous devez payer ou non le IVL lors de la demande de visa ou de NZeTA.
Si vous faites partie des personnes devant verser la taxe, le paiement sera à effectuer en même temps que celui pour votre visa ou NZeTA.

A quoi sert l’IVL ?

Le International Visitor Conservation and Tourism Levy permet de financer divers projets qui permettront à moyen et long terme le maintien du tourisme dans de bonnes conditions.

Si vous souhaitez avoir plus de précision sur le but de cette taxe, vous pouvez consulter le site du Ministry of Business, Innovation and Employment (ministère des affaires, de l’innovation et de l’emploi) ou lire ce document sur la stratégie du gouvernement concernant le tourisme.

4 – TIAKI, s’engager envers la nature

Qu’est ce que le Tiaki ? le Tiaki est un mot maori qui signifie « Promesse ». En effet, en entrant sur le sol néo-zélandais vous allez devoir faire une promesse et la respecter.

« Pendant mon voyage en Nouvelle-Zélande je protégerai la terre, la mer et la nature en faisant attention à mon empreinte écologique et en ne laissant aucune trace. Je voyagerai en sécurité en faisant attention et en ayant de la considération pour tout. Je respecterai la culture en gardant l’esprit et le cœur ouverts. »

Tiaki-Digital-Screen

Ce projet est soutenu par différents organismes publics et privés comme Air New Zealand, 100% Pure NewZealand, le DOC (Department of Conservation) ou encore NZ Maori Tourism.
Retrouvez toutes les informations autour de cette promesse sur le site de Tiaki New Zealand.

Avec cette promesse la Nouvelle-Zélande cherche à sensibiliser les gens sur les conséquences de leurs actes en terme d’environnement. La promesse consiste à respecter la nature, à ne rien laisser derrière soit, à respecter les autres ou encore à conduire prudemment.

Le TIAKI, en plus de l’IVL dont nous avons parlé précedemment nous montre que la Nouvelle-Zélande prend très au sérieux la conservation de son territoire. Le pays reçoit plus de 4 millions de visiteurs chaque année (autant que sa population totale) et se doit de préserver au maximum sa terre, l’une des mieux préservées de la planéte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Qui sommes-nous ?

Mathieu, passionné de la Nouvelle-Zélande. Après avoir longuement visité la Nouvelle-Zélande, j’ai décidé de vous faire découvrir ce magnifique pays. Je partage mes conseils pour bien préparer votre voyage en Nouvelle-Zélande.


CONTACTEZ-NOUS

QUI-SOMMES-NOUS ?

MENTIONS LEGALES

Specialistes NZ

Destination-NouvelleZelande.com a reçu la certification “Specialist Gold” pour l’année 2018. Cette certification est délivrée par le site web officiel de la Nouvelle-Zélande : NewZealand.com .


Défiler vers le haut